La peinture sur porcelaine
La céramique

Artisanat & loisirs


38 rue Pomme d’Or


33 300 BORDEAUX


Tél. / Fax :

05 57 87 54 20

Tous nos produits

Nous contacter

Comment commander

Conditions de vente

Les infos légales

Les frais de transport

Les liens

Retour à la page d’accueil

Site internet mis à jour le 29/06/17


PRIX T.T.C

T.V.A 20 % incluse

Ouverture

du lundi au vendredi

de 9h30 à 17h00

sans interruption

Nos prix s’entendent en Euro - TOUTES TAXES COMPRISES - Départ  BORDEAUX (Port en sus)
Les emaux sur cuivre
Règlement par :
- Chèque
- virement
- CB
contact@artisanatetloisirs.fr

LAVAGE DES EMAUX


Les émaux livrés en poudre doivent être lavés pour éliminer le limon qui nuirait à leur transparence, en les opacifiant à la cuisson.


Verser l’émail dans un mortier, recouvrir largement d’eau et agiter à l’aide du pilon. Attendre que l’émail se dépose au fond et vider l’eau contenant le limon. Répéter cette opération 5 à 6 fois.


L’émail est propre lorsque l’eau, après agitation, redevient de suite limpide. On peut donc parfois augmenter ou diminuer le nombre des lavages. En général les émaux opaques demandent un lavage moins important que les transparents.



EMAILLAGE


-  Mise en forme du cuivre au brunissoir PHILIPPON.


- Martelage sur tas au marteau de bijoutier pour resserrer les molécules du métal.


- Décapage à l’acide nitrique et rinçage.


- Contre émaillage et émaillage à la spatule. Ne pas oublier la colle émail. Sécher avec un linge avant de lisser l’émail à la spatule. Pour les fonds, vous pouvez émailler « à sec ». Très rapide pour les grandes surfaces :


- Saupoudrer avec l’émail sec votre plaque de cuivre préalablement enduite de colle émail. Poser une couche fine et régulière.

- Vaporiser de l’eau avec un pulvérisateur à bouche ou un pulvérisateur ECOSPRAY par exemple, pour obtenir une humidité légère de votre émail.

- Tamiser une seconde fois et vaporiser à nouveau.


- Cuisson forte, après séchage à l’entrée du four. On ne doit enfourner qu’après disparition totale de la vapeur d’eau.


- Recherche du motif : jeu de surfaces simples pour débuter. Il est, en effet, relativement difficile de faire des choses très fines en juxtaposant des grains d’émail colorés.


- Report du motif au carbone gras et au noir à tracer en poudre. Si la forme est trop creuse, il sera préférable de reporter le dessin avec du noir à tracer dilué au terpinéol, à l’aide d’un pinceau fin. Cuisson légère après séchage du terpinéol éventuellement.


- Pose si besoin est, des paillons or et argent, préalablement perforés au papier de verre fin et collés à la colle émail. Séchage et cuisson légère.


- Pose des fondants or et argent s’il y a lieu. Cuisson moyenne. Ces fondants ont pour mission d’isoler certaines couleurs qui ne donneraient pas de bons résultats sur le métal, telles que :


- Sur le paillon argent, les opales, les roses, les oranges, les jaunes et les rouges ;


- Sur le paillon or, les verts, les opales et les violets.


- La plaque est prête à recevoir les émaux colorés. Procéder par couches légères. Après cuisson, il sera possible de renforcer la coloration avec une seconde couche d’émail et même de superposer des émaux transparents de couleurs différentes pour obtenir des tonalités et des effets spéciaux. Faire des essais au préalable. Cuisson forte pour obtenir des couleurs brillantes.


- Si l’on veut obtenir des couleurs « givrées », cuisson légère.


- Lapidage des bords de la pièce, si la calamine y est trop importante, à la pierre de carborandum sous un filet d’eau pour ne pas briser l’émail.



LE CLOISONNE


Même préparation de la plaque que pour les émaux colorés. Cuivre 4/10e étant donné le poids du fil à cloisonner. On ne galbera pas trop la plaque pour diminuer les difficultés de pose du fil. Contre émaillage et émaillage au fondant. Cuisson forte.


Recherche du dessin au trait précis et continu, formant de préférence des surfaces fermées. Report du motif au carbone seul (sans noir à tracer).


Mise en forme du fil, argent ou cuivre. Retirer le fil dans une filière fine pour en avoir plus long et avoir moins de poids sur la plaque. Cela permet aussi d’émailler fin et évite le lapidage en fin de cuisson. Penser qu’un fil droit ou peu courbé ne tient pas sur champ. Il faut donc prévoir des angles ou des courbes assez prononcés.


Pose du fil mis en forme à la colle émail épaisse suivant le dessin au carbone sur la plaque émaillée.


Fixation du fil par une cuisson légère. A la sortie du four, appuyer avec une spatule sur les fils qui relèvent. Attention à la cuisson, le fil d’argent est très fusible.


Si le fil est de cuivre, il faut, après refroidissement de la plaque, éliminer la calamine par un passage à l’acide, et ce, après chaque cuisson.


Pose éventuelle des paillons, cuisson légère.


Pose éventuelle des fondants or et argent, cuisson moyenne.


Pose des couleurs que l’on veut brillantes, cuisson forte.


Pose des couleurs que l’on veut givrées, cuisson légère.


Reprise éventuelle au noir à tracer, cuisson légère.


Pour les cloisonnés argent, il faut toujours bien surveiller ces différentes cuissons : un coup de feu est vite arrivé…


Si la pièce est de grande dimension, il faut la cuire en deux fois. Surveiller au fond du four, l’état de fusion de l’émail, c’est en effet la partie la plus chaude, là où le fil risque de fondre…


Défourner et ré-enfourner en retournant la plaque, sinon vous risquez fort de devoir reprendre les opérations au début ! Un fil fondu n’est en effet que très difficilement rattrapable.


QUELQUES CONSEILS


Le contre émaillage est obligatoire pour éviter les fentes et les cassures de l’émail après refroidissement. Il neutralise les tensions exercées sur le métal par la pose des émaux sur la plaque de cuivre.


Ne jamais enfourner une pièce encore humide. Risque de bulles. Faire sécher à fond, jusqu’à ce que la vapeur ne se dégage plus de l’émail.


Le fondant doit être cuit rapidement dans un four très chaud. Il doit être « saisi ». Ressortir la plaque quand la surface devient bien luisante. Vous pouvez d’ailleurs recuire une nouvelle fois une pièce insuffisamment cuite. Une pièce cuite trop lentement dans un four pas assez chaud, présentera des défauts tels que bulles, cloques, tâches rougeâtres d’oxydation, etc.

Bien cuit, le fondant pour cuivre doit avoir un bel aspect brillant, rosé comme le cuivre bien décapé.

A titre indicatif, la durée de cuisson d’un fondant  oscille aux environs de 2 à 3 minutes.


Les émaux opaques peuvent être posés directement sur le cuivre, sans fondant. Ils ne peuvent pas se mélanger. Ils resteront juxtaposés.


Les émaux transparents peuvent être mélangés et superposés. Vous pouvez donc obtenir de nouvelles nuances. Nous vous conseillons de faire des essais et une plaque d’échantillons.




2017